Angers Entrammes en bateau hybride

et tous les systèmes de propulsion aquatique ...

Modérateurs : Remdo, man3515, moulino51

Répondre
nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Angers Entrammes en bateau hybride

Message par nevada » jeu. 07 06 , 2007 12:36

Le raid Angers Entrammes en bateau hybride
Pendant la construction de mon bateau, pour faire des essais concrets sur la propulsion électrique fluviale, j'ai unvestit dans un petit cabinier de 5m qui me permettra de tester différentes formules de propulsion.
Le 13 mai 2007, avec Renaud, nous avons descendu à Angers un bateau pour participer aux Virades de l'espoir, manifestation pour la lutte contre la mucovicidose où l'A.N.P.E.I. est partenaire.
Vu les difficultés de mise à l'eau sur une cale moyenne, nous avons décidé de le remonter par la rivière, ce qui nous permettra de tester un prototype.
Le bateau est un Arcachonais de Jeanneau, de 5,09m de long pesant à vide environ 500Kg. Il est équipé d'un moteur thermique de 4Cv et d'un prototype de moteur électrique de 2/3 de Cv. Il consomme environ 30A en 24V. Pour ce dernier, 200Kg de batteries ont été chargées dans l'Arcachonais. Ces batteries sortent d'hivernage et n'ont pas encore « travaillé » cette année. Elles ont eu des charges d'entretien cet hiver, et ont eu une charge de 10h du soir jusqu'à 6h du matin avec un chargeur Plastimo 24V 12A. Le moteur thermique est là pour nous prémunir d'une défaillance du moteur électrique ou de l'épuisement des batteries. Pas de chance, on nous a prêté un autre chargeur qui s'avère en panne. Nous ne pourrons charger les batteries qu'à 12A. Nous enmenons aussi un groupe électrogène 4 temps qui pourra alimenter le chargeur pendant la navigation. Le bateau en charge avec l'équipage pèse plus de 900 Kg.
Départ
Avec Alexis, propriétaire du Petit bouchon nous voilà partis du quai des Carmes à Angers le mercredi 16 mai 2007 à 8h20 du matin. Les batteries n'ont pu être chargées depuis dimanche aussi nous partons au moteur thermique avec le groupe en route pour recharger les batteries. Le moteur thermique n'est pas poussé à fond, nous l'accélérons jusquà ce que l'avant commence à lever, et à ce moment, nous baissons un peu les gaz. Nous sommes pratiquement à la vitesse de coque, inutile de gaspiller du carburant.
Nous remontons la Maine, puis la Mayenne, avec une attente de 5mn au bac de l'ile St Aubin, et un peu plus loin, nous attendons 5 minutes Renaud qui nous amène la corne de brume oubliée dans sa voiture.
Nous arrivons à l'écluse de Montreuil Beffroy à 9h45 après une navigation de 10 Km.
Soit 1h25, ou 1h15 de navigation effective à une moyenne réelle de 8 Km/h. La vitesse de coque du bateau est donc très voisine de 8 Km/h. Le thermique est poussé à environ ¾ régime.
A 9h58, nous sortons de l'écluse en propulsion électrique pure. La tension est de 24,3V moteur en fonctionement. (Toutes les tensions seront données moteur en fontionnement, la tension à vide étant plus forte).
C'est le plaisr, le bonheur, glisser en silence sur la Mayenne. Le vent contraire nous gène un peu et nous atteignons l'écluse de Sautré à 11h12. 1h14 pour 6300m contre le vent et le courant à une moyenne de 5,1 Km/h.
Nous sortons de l'écluse à 11h12 au thermique cette fois. Nous ne sommes pas là que pour faire du tourisme, et nous voudrions passer l'écluse de Grez Neuville avant 12h30, heure de fermeture des écluses. Nous en profitons pour remettre le groupe en route.
Quel bruit après tout ce silence....
Ecluse de la Roussière à 11h39, soit 27 minutes pour 2 Km à 4,44Km/h. Le vent est vraiment violent. Nous ressortons à 11h42 et atteignons Grez Neuville à 12h16, soit 4,6 Km en 34 mn à 8,1 Km/h.
Sortie de l'écluse à 12h20.
Nous atteignons Montreuil sur Maine à 13h03. Soit 5,9Km en 43mn à 8,2 Km/h. L'écluse est bien sûr fermée, et nous faisons une pause déjeuner... sans déjeuner... En effet, nous avons oublé de prendre du pain ce matin et les boulangeries sont plutôt rares sur la rivière, heureusement, nous n'avons pas oublié le rosé et quelques barres chocolatées nous calerons un peu. Le groupe tourne toujours, mais comme il est sur la plage avant, il ne nous gêne pas trop.
14h05, nous sortons de l'écluse en propulsion électrique à 24,4V dans le son du silence... qui est bien agréable.
Après quelques centaines de mètres, panne du moteur électrique. Plus de marche avant. Il nous reste la marche arrière. Les contacts de marche avant ont grillé. Il faudra les renforcer. En 30 secondes, j'inverse 2 fils. La marche arrière de vient la marche avant et nous voilà repartis.
Nous arrivons à La Roche Chambellay à 14h35 soit 30mn pour 3200m à 6,4 Km/h.
L'écluse de Chenillé Changé est atteinte à 15h07 avec une tension batterie de 23,9V, soit 3,1Km en 32 mn, plutôt 29 en tenant compte du temps d'éclusage à 6,4 Km/h.
Le moteur électrique fonctionne parfaitement, l'échauffement reste modéré, mais en légère augmentation.
L'éluse de la Jaille Yvon est atteinte à 15h39 à 23,8V, soit 2500m en 32 mn, plutôt 29 en tenant compte du temps d'éclusage à 5,1 Km/h.
Les batteries commencent à faiblir, la vitesse s'en ressent. Avant l'écluse de Formusson, sous le pont de Daon, la tension baisse à 20,57V, les batteries sont à plat, nous relançons le thermique. Il faut noter qu'il est inutile et même nocif pour les batteries de pousser la décharge en dessous de 22V, la tension s'effondre. Il s'agit d'essais, et les batteries ont été immédiatement remises en charge avec le groupe.
Nous avons parcouru 14,7 Km en 2H57 à la moyenne de 4,98 Km/h (temps d'éclusage non déduit) dans un silence total avec des batteries qui n'ont jamais eu le temps d'atteindre leur pleine charge et un vent violent qui nous a ralentit.
Nous atteignons l'écluse de Formusson à 17h.
Nous repartons au thermique groupe en route et atteignons l'écluse de Ménil à 17h40, soit 4,350 en 40mn, plutôt 37 en tenant compte du temps d'éclusage à 7Km/h.
Mauvaise nouvelle, la prochaine écluse est fermée. Nous ne serons pas à Château Gontier ce soir comme nous l'avions prévu.
Nous repartons tout de même et nous atteignons l'écluse de la Bavouze à 18h07. L'écluse est en travaux. L'éclusière, très sympatique, nous propose de nous écluser quand les ouvriers auront terminé, mais de toutes façons, il sera impossible de passer l'écluse du Pendu avant 20H. Nous appelons Renaud.
Nous avons parcouru 49,67Km depuis ce matin dont 21 en propulsion électrique en 9h47 à la moyenne de 5 Km/h arrets compris. Il ne s'agit bien sûr pas de promenade, mais plutôt de convoyage.
Un responsable de la DDE, très sympatique nous permet de stationner dans l'écluse pour la nuit, (à condition de la libérer avant 9h demain matin ce qui est bien normal) et de nous brancher sur une prise de courant pour recharger les batteries toute la nuit.
Deuxième jour
Jeudi 17 nous arrivons à 8h à l'écluse de la Bavouze. Les batteries sont chargées, mais pas au « taquet ». Il aurait fallu un chargeur plus musclé ou deux chargeurs.
En actionnant le moteur électrique, il manque de tomber à l'eau. Les presses ont été desserées pendant la nuit. Le cordage qui assure le moteur a été arraché du plat bord. Nous avons eu de la visite cette nuit. Heureusement nous avions mis un cadenas sur le thermique sinon...
Ca commence mal et ça va durer.
Départ de la Bavouze à 8h15 avec une tension de 24,9V.
Nous atteignons l'écluse du Pendu à 9h06 avec une tension de 23,8V, soit 4,23Km en 51 mn à 4,97 Km/h (pour ne pas dire 5).
Nous repartons à 9h10 et atteignons Mirwault à 9h45 avec une tension de 23,4V soit 3,3 Km en 35mn à 5,65 Km/h.
Nous repartons à 9h50 et atteignons La Roche du Maine à 10h20, soit 2,65 Km en 30mn à 5,3 Km/h. La tension est descendue à 23V, nous n'irons pas loin avec ce qui reste dans les batteries.
Nous avons couvert 10,18 Km en 2h10 à la moyenne de 4,7 Km/h (arrets non déduis).
Nous repartons au thermique groupe en route.
Quelques centaines de mètres plus loin, le thermique s'étouffe. On essaye de le relancer, mais en vain. Heureusement il nous reste l'électrique. Dire que le thermique était là pour palier les déficiences de l'électrique ! On repart sur l'électrique groupe en route. On ira pas loin car le chargeur fourni 12A au batteries et le moteur en pompe 30... En clair il faut charger une heure pour naviguer 20 minutes.
Le vent est fort et contraire. Nous atteignons Neuville à 11h05. A la sortie de l'écluse le groupe cale. La totale.
Heureusement, pour le groupe, la panne est facile à réparer, il suffit de remettre de l'essence. Nous abordons au ponton après l'écluse et super il y a une crèperie. On appelle Renaud et en l'attendant, on va prendre un café. Le thermique ne redémarrera pas. Il ne tousse même pas ce qui laisse présager une panne d'allumage.
Nous déjeunons de bon apétit à la crèperie. La rivière, ça creuse. Pendant le repas, le groupe regonfle gentiment nos batteries.
Départ de Neuville à 13h30. Tension des batteries 24,8V en diminution rapide. Nous atteignons l'ecluse de la Rongère à 14h10 avec une tension batterie de 23,9V. Soit 2,83Km en 40mn à 4,24 Km/h.
Il reste 6,21 Km jusqu'à l'écluse de la Fosse. Ca va être juste. 500M avant l'écluse de la Fosse se trouve le bateau de Gilles. Il a artistement restauré un bateau de 10m x 4m et habite à bord. Il a fort gentiment accepté de nous fournir du courant et de nous garder à couple pour la nuit. Mais il faut le rejoindre...
A 15h05, la tension approche des 22V, il faut aborder tant qu'on peut encore maneuvrer, car le vent n'a pas faiblit.
Nous repartons à 15h25 le voltmètre indique 24,1V et j'espère arriver à destination mais la tension baisse rapidement.La rivière présente ici des méandres et nous espérons toujours voir le bateau de Gilles après le prochain virage... Au hasard d'un méandre, le vent souffle dans notre dos. C'est l'occasion de couper le moteur pour avancer à la « voile » debout dans le bateau nos vestes grandes ouvertes faisant office de voiles. Mais la rivière tourne à nouveau et nous avons à nouveau le vent de face. Les batteries sont à bout. Plutôt que de s'arrèter encore, je coupe le moteur 20 secondes toutes les 30 secondes. On avance moins vite, mais on avance. Enfin à la sortie d'une courbe, nous apercevons le bateau de Gilles. Ouf !
Nous tirons une rallonge et nous branchons le chargeur sur le bateau de gilles. Une bonne chose de faite. Ensuite, mais ensuite seulement nous dégustons une bière bien fraiche avec Gilles. Renaud viens nous chercher et nous rentrons à la base après un bon repas.
Le dernier jour
Vendredi 18, nous arrivons chez Gilles et après un bon café, nous repartons à 8h45 vers l'écluse de la fosse toute proche.
Nous sortons de l'écluse à 9h12. La tension batterie s'établit à 23,9V.
Nous arrivons à l'écluse de la Bénâtre à 9h36 avec une tension batterie de 23,8V. Soit 1,95 Km en 24 mn à 4,12 Km/h.
Nous repartons à 9h51 pour arriver à l'écluse de Briassé à 10h20 avec une tension de 23,6V, soit 2,72 Km en 29mn à 5,6Km/h. Il y a ici une anomalie le moteur électrique tournant toujours à la même vitesse et il n'y a pas de vent pour nous gêner. Je vais globaliser les temps pour avoir une meilleure précision. Considérons une moyenne de 5,2 Km/h pour les deux biefs arrets déduis.
Départ de Briassé à 10h35 arrivée à Persigand à 11h15, tension 23,2V soit 3,49 Km en 40mn à 5,2 Km/h
Arrivée à Port Rheingeard à 11h40. Les batteries sont à 22,8V.
Sur les 86Km, 52 ont été parcourus en propulsion électrique. Le plus amusant, le moteur fumant qui devait nous secourir en cas de problème avec le moteur électrique.... nous a lâché en cours de route....
Le trajet final depuis l'écluse de la Fosse s'est effectué en 3h38 arrets compris. Sur la fin de la croisière, les batteries avaient un meilleur « souffle », preuve que « l'exercice » leur a fait du bien. Pendant la nuit, le chargeur de 12A n'a pu, bien évidement les charger en totalité. Il faut donc prévoir des chargeurs plus musclés pour la propulsion électrique. Le prix de ces chargeurs s'envole vite. Aussi avec Renaud nous développons une commutatrice (un moteur 220V de entraine un alternateur de 24V 50A). C'est une technique dépassée (années 1900), mais efficace et surtout économique. Nous étudions aussi un variateur pour faire varier la vitesse du moteur qui pendant l'essai fonctionnait en tout ou rien. Ce variateur nous aurait permis de réduire la puissance quand nous fonctionnions avec le groupe.
Enfin, un bateau de 900Kg propulsé par un moteur thermique de 4cv réglé à environ ¾ de sa puissance, soit environ 3CV ou 2200W (soit environ 2,440W/Kg) avance contre le courant à environ 8Km/h ce qui est sa vitesse ce coque. Le même bateau propulsé par un moteur électrique de 2/3 de cheval (environ 500W restitués pour environ 720w consommés (rendement de 80%) soit 0,5W/Kg) avance à plus de 5Km/h. Les différences de caractéristiques entre moteurs thermiques et électriques expliquent cet excellent résultat.
Ceci confirme par l'expérimentation des chiffres théoriques :
Pour atteindre la vitesse de coque, un bateau a besoin de 2500W/T, dans notre cas, 2200W pour 900Kg.
Si on se contente de 90% de la vitesse de coque, dans notre cas 7,2 Km/h, il suffit de 1000W/T, soit dans notre cas, 900W.
Si on se contente de 80% de la vitesse de coque, dans notre cas 6,4 Km/h, il suffit de 750W/T, soit dans notre cas, 675W.
Si on se contente de 70% de la vitesse de coque, dans notre cas 5,6 Km/h, il suffit de 440W/T, soit dans notre cas, 396W.
Et notre bateau d'expérimentation illustre bien ces règles théoriques qui sont ainsi confirmées par l'expérience.
Ainsi, avec une faible réduction de vitesse, notre bateau fluvial pourra voguer économiquement en silence pour notre plus grand plaisir. Bien sur, des circonstances exigent de la puissance, je pense par exemple au seuil du Fresne sur la Loire. La propulsion électrique devient un plus car ajoutée à la propulsion thermique qui équipe déjà votre bateau, elle permet de donner un coup de collier qui peut se révéler appréciable.
Modifié en dernier par nevada le mer. 16 01 , 2008 17:30, modifié 1 fois.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » mer. 16 01 , 2008 17:28

Une virée à la Bénâtre
Profitant de la présence de mon fils de 16 ans, nous décidons d'aller déjeuner le midi à l'écluse de la Bénâtre sur la Mayenne où est installé un sympathique restaurant, avec le Micheline, un Arcachonais de Jeanneau de 5m équipé cette fois d'un moteur électrique de 500w en 24V, celui de notre précédente aventure entre Angers et Entrammes, et un autre moteur électrique d'une puissance de 1500w pour lui faire subir quelques tests.
Départ
Nous partons de Port Reingheard à 9h48. Nous utilisons le moteur de 500w. La tension batterie est de 24,4V, moteur en fonctionnement. (Toutes les tensions seront données moteur en fonctioànnement, la tension à vide étant sensiblement plus forte). Les batteries ont eu depuis l'autre fois l'occasion de « travailler » et sont chargées « au taquet ».
Mon fils fait ses premières armes à la barre.
Nous parcourons les 1000m qui nous séparent de l'écluse de Persigand en 10 mn le GPS indique 6,1Km/h.
Nous sortons de Persigand à 10h08 avec une tension batterie de 24,2V et à la vitesse de 6,8 Km/h au GPS.
Quel plaisir de glisser en silence sur la Mayenne. L'écluse de Briassé est à 3490 m. Bientôt, nous voyons sur notre droite le Vicoin se jeter dans la Mayenne.Plus loin, nous apercevons la maison éclusière de Briassé, mais il nous faudra faire un grand détour pour y arriver par la rivière.
A 10h40 nous entrons dans l'écluse de Briassé avec une tension de 24,1V. Nous avons parcouru les 3490m en 32 minutes, ce qui donne une moyenne de 6,5Km/h. Raisonable avec 2/3 de cheval à l'hélice...
Après une sympathique discussion avec Régis, l'éclusier, qui suit nos essais avec intérêt, nous repartons vers la Bénâtre, distante de 2720m. Le vent de face est violent et nous plafonnons à 5,4 Km/h au GPS.
Nous arrivons à l'écluse de la Bénâtre à 11h15 avec une vitesse moyenne de seulement 4,6Km/h à cause du violent vent de face.
Nous en profitons pour retenir une table pour 12 h30 dans ce sympatique restaurant au bord de la rivière et en attendant, on va descendre jusqu'à la Fosse voir si Gilles est sur son bateau et lui proposer de se joindre à nous.
Nous repartons de la Bénâtre à 11h35 avec une tension de 24V à 5,7 Km/h, puis 6,6 Km/h au GPS.
Après 1920m, nous entrons dans l'écluse de la Fosse, tenue aujourd'hui par Martine à 11h55 avec une tension de 23,9V. Nous avons parcouru le bief à 5,8 km/h de moyenne.
Nous prévenons Martine que nous ne faisons qu'un aller et retour et nous sortons de l'écluse à 12h03.
En effet, Gilles est amaré côté contre halage. Cinq minutes plus tard, le bateau de Gilles est en vue. Demitour à 12h 08. La vitesse change brutalement, puis que nous remontons le courant à seulement 3,8 Km/h au GPS.
Malheureusement Gilles n'est pas là et nous remontons vers l'écluse de la Fosse. Le courant est vraiement violent et nous plafonnons à 3,9Km/h au GPS.
Nous arrivons à la Fosse à 12h20 et l'écluse est prête.
Nous ressortons de l'écluse à 12h25 et repartons vers la Bénâtre. La tension s'établit à 23,8V et la vitesse à 3,9 Km/h.
Il nous faudra 30mn pour parcourir les 1950m qui nous séparent de la Bénâtre où nous arrivons à 12h55. Là une bonne surprise nous attend sur le ponton, Alexis. Il est venu nous rejoindre. Par contre mauvaise surprise, les relais d'inversion de marche nous lâchent au moment d'accoster. Il faudra renforcer cela, en attendant, nous branchons le moteur en direct sur le disjoncteur.
Ce matin, nous avons navigué plus de 3 heures. A table!!! La rivière, ça creuse...
Après un bon repas, arosé sans excès, nous rentrons dans l'écluse de la Bénâtre à 15h25, pour en sortir à 15h33. Nous prenons le chemin du retour. La tension s'établit à 23,7V et la vitesse à 4,9 Km/h. Les 2720m qui nous séparent de Briassésont parcourus en 32 mn à la vitesse moyenne de 5,1Km/h.
Nous entrons dans Briassé à 16h05 et nous en sortons à 16h17 avec une tension de 23,5V et une vitesse de 4,8Km/h.
Le bief de Briassé s'étend devant nous avec ses 3490m que nous allons parcourir cette fois en 56 mn à la vitesse moyenne de 3,8Km/h.
Nous entrons dans l'écluse de Persigand à 17h13 et en sortons à 17h25.
Nous avançons à 3,8 Km/h avec une puissance de 500W.
Le moment est venu de tester le moteur électrique de 1500W. Il est basculé à l'eau et alimenté.
La vitesse augmente et se stabilise à 6 Km/h. Grosse déception. Nous nous attendions à mieux....
Tripler la puissance pour gagner un peu plus de 2 Km/h....
Nous repassons sur le petit moteuret arrivons à Port Rheingeard à 17h35 avec une tension batteriede 23,1V.
Le fiston qui faisait ses premières armes en fluvial a dormi toute la journée du lendemain, manifestement pas habitué à la rivière. Il en a gardé un excellent souvenir.
Nous avons navigué aujourd'hui plus de 5 heures dans le silence et l'économie de la propulsion électrique. Bien sur, nous mettons les batteries à charger. Cout estimé de la recharge : 50 centimes d'euros.... pour 5 heures de navigation soit 10 centimes de l'heure....
A retenir, les contacteurs d'inversion de marche doivent être choisis avec un soin tout particulier. J'ai découvert que ces relais «  30A » étaient en réalité des 20 + 10 ( 20A pour les contacts travail et 10 A pour les contacts repos. Drole de façon de calculer) Nous nous en occupons.
Les batteries chargées correctement et ayant fait de l ' »exercice » nous procurent maintenant une autonomie appréciable. Cette sortie était vraiement « sans faute ».
Pour ne pas décevoir le lecteur sur l'utilisation du gros moteur, (nous étions très déçus) nous allons vous révéler la suite des essais sur ce moteur.
Tout d'abord, nous avons trouvé un ampèremètre avec un shunt capable de mesurer avec précision les intensitées absorbées de 0 à 200Ampères. Une étape capitale pour pouvoir mesurer la puissance effective absorbée sur la batterie.
Il nous est venu une autre idée d'essai pour le gros moteur électrique.
Un matin, je pars avec le Micheline et Alexis pars avec Le Petit Bouchon, son bateau de 7m50 et de 4400Kilogs. Nous nous rejoignons au milieu du bief et je le prend en remorque avec le Micheline qui pèse ses 900Kg.
Les batteries sont bien sur chargées au taquet. Je mesure une tension en chrge de 24,7V et une intensité de « seulement » 62Ampères, soit une puissance de 1531w absorbés.
Chose « amusante » la vitesse s'établit à 6,2 Km/h au GPS.Notre plus grand regret, le petit bouchon ne pesait « que » 4400Kilogs...
Explication :
Ce moteur conçu pour le Voile de rosée, a une hélice plus axée sur la poussée que sur la vitesse. Le résultat ne nous a pas déçu, loin le là.
Il faut remarquer la performance de trainer 2 carènes totalisant 5300Kg à plus de 6 Km/h est beaucoup moins décevante que de propulser 900Kg à 6 Km/h.....
On peut et on doit supposer que la même puissance s'exerçant sur une seule carène sera évidement plus efficace...
Cet essai nous a vraiement convaicu de l'efficacité et de la pertinence de la propulsion électrique.
Modifié en dernier par nevada le jeu. 17 01 , 2008 12:03, modifié 1 fois.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » mer. 16 01 , 2008 17:36

]« Raid » vers Neuville[/b]
Alexis et moi, enhardis par la virée à la Bénâtre qui s'était très bien passée, envisageons d'aller manger une crêpe à Neuville en bateau électrique depuis Entrammes. Nous sommes conscients que Neuville est un petit peu en dehors de notre rayon d'action, mais... cela nous donna d'excellentes occasions de prendre de bonnes leçons.....
La météo n'est pas de notre côté. Plusieurs fois, la prise où sont branchés les chargeurs disjoncte. Nous nous entêtons néanmoins.
Départ 8h30 de Port Rheingeard.
Tension 24,2V, Intensité 30Ampères. Vitesse 7Km/h au GPS.
Nous attendons l'ouverture de l'écluse de Persigand où nous entrons à 9h02. Nous en sortons à 9h10 avec une tension de 23,8V. Les batteries ne sont pas au taquet, c'est net. Il est encore temps de rennoncer, mais non, on continue...à 8,1Km/h au GPS parce que accessoirement, la Mayenne coule bien....
Nous entrons dans l'écluse de Briassé à 9h37, 27 minutes après avoir quitté Persigand. 3490M en 27 minutes voilà qui nous fait une moyenne de 7,8 Km/h. Sur le moment, nous sommes ravis, mais en regardant bien, nous avons descendu le premier bief 1,3Km/h plus vite que l'autre fois avec des batteries moins en forme. Le courant est plus violent.
Nous sortons de Briassé à 9H48 avec une tension de 23,8V, une intensité de 28A et une vitesse qui va monter jusqu'à 7,8Km/h au GPS.
Après 2720m, nous entrons dans l'écluse de la Bénâtre à 10h12, soit une vitesse moyenne de 8,2KKm/h. Presque un record pour les sorties du Micheline....
Nous sortons de la Bénâtre à 10h20 avec une tension de 23,6V, une intensité de 28A et une vitesse qui monte jusqu'à 7,8Km/h au GPS.
Nous entrons dans l'écluse de la Fosse à 10h37. Les 1950m ont étés parcourus en 17 minutes à 6,9Km/h.
Nous sortons de La Fosse à 10h42 avec une tension de 23,5V et une intensité de 28A.
Gilles est sur son bateau et nous nous arrêtons lui dire bonjour. Nous repartons à11H. Devant nous, le bief de la Rongère de plus de 6000m, si facile à descendre...
Nous entrons dan l'écluse de la Rongère à 11h50. Nous en ressortons à 11h55 avec une tension batterie de 23,1V et un intensité de 29A. Les 2830m jusqu'à Neuville sont vite expédiés et nous y arrivons à 12h20. Nous avons navigué près de 3h20 ce matin et ce dans d'excellentes conditions.
Il est temps de manger notre crèpe... En fait, il s'agit plutot de galettes de sarasin, particulièrement savoureuses.
Savourons les avant d'essayer de rentrer. La tension batterie ne me laisse aucun doute, dans le meilleurs des cas, nous pourrons retourner au plus jusqu'à la Rongère. Cela ne me coupe pas l'apétit car bien sur, il y a le planB...
Alexis, enchanté du voyage, nous vois rentrer sans problème. Laissons le profiter de sa galette...
Après un bon repas à la crèperie de Neuville nous repartons à 13h27.
la tension batterie se stabilise à 23v et l'intensité à 25a .Quand à la vitesse, elle s'établit à 4,6kM:H au gps.
Les choses se gâtent juste avant la Rongère où nous entrons à 14h36 avec une tension de 18,6V et une intensité de 21A à une vitesse de 4,4Km/h. Nous sommes au bout de la route, mais heureusement, il nous reste le planB
Le plan B c'est le groupe électrogène que nous avons déjà untilisé entre Angers et Entrammes. Le chargeur, quand à lui, est un chargeur de garage capable de débiter 25A sous 24v. Tout va bien. Nous lançons le groupe, et nous voilà repartis.
Eh bien non !!!! Le chargeur ne débite pas !!!! Pourtant hier... mais hier, c'était hier, et aujourd'hui on est plutot mal. Nous revenons sur le ponton d'attente amont. Il fautrouver une solution. Nous pensons encore à Gilles, dont le bateau est 6 km en amont au bout de cet interminable bief. Il est évident que je ne pense pas à la solution la plus intelligente....Et c'est bien dommage !!!!!!
En plus du gros chargeur, j'ai 2 petits chargeurs LIDL 12V 3,6A. Dès maintenant ils chargent les batteries, mais il faudrait charger plusieurs heures pour naviguer une heure.
Le gros chargeur débite du courant directement dans le moteur :11V sous 11A soit 121W. Pas lourd pour remonter le courant. Mais nous avançons royalement à 2 Km/h car ici la rivière est large... Pas de problème, on a le temps de voir le paysage....Plus loin, la vitesse descendra en dessous de 1 Km/h et dans certains passages resserés pourra même devenir nulle, voir négative nous obligeant à pagayer... Un homme sympathique nous passera un remoque et nous amènera jusque chez Gilles, notre sauveur une seconde fois.
Une galère épouvantable...
L'idée intelligente aurait été tout simplement de faire demi tour. Au lieu de 2 Km/h contre le courant, nous aurions navigué allègrement à 4 ou 5 Km/h en descendant ce courant... et en deux heures, nous étions à Châteaugontier. On y laissait le bateau pour la nuit, on mettait les chargeurs qui conviennent et le lendemain, on remontait tranquilement sur Entrammes.
Une journée mémorable et pour la seconde fois nous sommes pris au pège dans ce bief de plus de 6 Km entre la Rongère et la Fosse. Mais un jour, on l'aura ce bief!!!
Modifié en dernier par nevada le jeu. 17 01 , 2008 12:11, modifié 2 fois.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » mer. 16 01 , 2008 22:22

Le second « raid » sur Neuville
Notre premier essai a été un fiasco retentissant. Par la suite, nous avons fait plusieurs virées à la Bénâtre et divers essais. En particulier, nous utilisons 2 mégapulse, un sur chaque ensemble 12v de la batterie. Nous avons constaté que « l'exercice » fait par les batteries leur donne un meilleur souffle.
Nous partons Alexis et moi avec des batteries chargées au taquet. Nous emenons un groupe électrogène et 12 chargeurs Lidl 12V 3,6Aqui peuvent fournir 21,6A sous 24V vérifiés à l'ampèremètre. Ces 12 chargeurs coûtent 203,88 euros, à comparer avec un 24V 12A du commerce à 155euros.
Départ 8h50. Tension batterie 25,2V moteur en fonctionnement.Nous parcourons les 1000m qui nous séparent de l'écluse de Persigand en 7 minutes à 8,5Km/h.
A 9h10, nous sortons de l'écluse avec une tension de 25V et une intensité de 28A. Le temps est agréable et bercés dans le silence de notre moteur, nous pouvons profiter du paysage.
Nous arrivons à l'écluse de Briassé à 9h40, soit une moyenne de 6,98 km/h, pour ne pas dire 7...
Nous sortons de l'écluse à 9h52 avec une tension de 24,4V et une intensité de 28A à une vitesse qui va monter jusqu'à 7,2 Km/h au GPS.
Nous arrivons à l'écluse de La Bénâtre à 10h12 en ayant parcouru les 2720m en 20 minutes à 8,16 Km/h de moyenne.
Nous en sortons à 10h22 avec une tension de 24,3V et une intensité de 29A à une vitesse de 6,8 Km/h au GPS.
L'écluse de la Fosse est atteinte à 10h42 à la moyenne de 5,85 Km/h.
Nous avons parcouru 10 660m depuis le départ en un peu moins de 2 heures.
Nous en sortons à 10h48 avec une tension de 24,2V et une intensité de 28A. La vitesse évoluera de 6,2 à 8,1Km/h au GPS.
Devant nous s'étend le grand bief de 6490m qui nous mènera à l'écluse de la Rongère que nous atteindrons à 11h43 à une moyenne de 7,08Km/h. Le franchirons nous avec autant de facilité au retour?
Nous sortons de l'écluse de la Rongère à 11h45 avec une tension de 23,9V et une intensité de 30A. Nous sommes gèné par un vent violent et la vitesse plafonne à 4,4Km/h au GPS.
Nous arrivons à l'écluse de Neuville à 12h05 en ayant parcouru ce bief de 2820m à la vitesse moyenne de 8,4 Km/h ce qui est tout à fait honorable.
Nous avons parcouru 19970m, pour ne pas dire 20 Km en 4h15. La tension d'arrivée est de 23,7V.
Pendant la manoeuvre d'accostage, le disjoncteur principal saute, car j'ai enchainé un peu brutalement Avant et Arrière. On ne dira jamais assez qu'il faut manoeuvrer calmement. Je changerai le tarage du disjoncteur pour laisser davantage de marge.
Pour le moment, repas après un apéritif bien mérité. Les galettes de Neuville sont toujours aussi savoureuses.
Nous avons fait le plus facile, descendre, poussé par le courant, assez fort sur la Mayenne cet été. N'oublions pas que nous avons eu deux crues pendant l'été avec arret de la navigation.
Nous repartons à 13h40 avec une tension de 24,3V et une intensité de 24A.La remontée en tension apparente est due à l'effet Peukert. Cela ne durera pas. Rapidement, nous redescendrons à 23,7V. Le GPS indique 4,5 Km/h Nous atteignons l'écluse de la Rongère à 14h15 avec une vitesse moyenne de 4,8 Km/h.
Nous sortons de l'écluse de la Rongère à 14h20 avec une tension batterie de 23,6V, une intensité de 25A et une vitesse de 5,2 Km/h au GPS.
Et nous voilà dans ce bief de 6490m qui par deux fois nous fut particulièrement funeste. La tension batterie est satisfaisante, le moteur touren rond, mais le vent contraire ce matin est à nouveau contraire cet après midi.
Et cette fois ci nous l'avons vaincu ce bief !!! La vitesse a évolué entre 4 et 5,1 Km/h et à 15h40 nous entrons dans l'écluse de la Fosse en ayant parcouru ce bief à la moyenne de 4,86 Km/h. En entrant dans l'écluse, la tension était de 22,9V. C'est sur, nous ne pourrons pas rentrer à Entrammes sans le groupe, mais nous avons parcouru 29280m depuis ce matin, ce qui est très bien.
Nous sortons de l'écluse de la Fosse à 15h45 avec une tension de 22,9V, une intensité de 25A à une vitesse de 4,4 Km/h évoluant vers les 5 Km/h au GPS.
Les 1920m qui nous séparent de l'écluse de La Bénâtre seront parcourus en 27 minutes à la moyenne de 4,26 Km/h; La tension est de 22,6V et l'intensité de 24A. Après le passage de l'écluse, nous laissons le bateau au ponton amont et allons prendre un café à l'écluse. Il s'en suit une discussion sympathique avec le mari de l'éclusière qui tient le restaurant. Il est aussi inventeur et a inventé l'aquarium à poissons artificiels. Impressionnant. J'ai mangé plusieurs fois à l'écluse de La Bénâtre et remarqué les superbes aquariums qui décorent la salle, mais il ne me serait jamais venu à l'idée qu'il s'agissait de faux poissons. L'illusion est parfaite. On peut ainsi avoir les plaisirs d'un aquarium sans les lourdes suggetions d'entretien. Une réalisation intéressante. De son côté, il se passionne pour notre bateau électrique qu'il a vu de nombreuses fois. Nous repartons à 16h47.
La tension est de 22,9V et l'intensité de 24A. La vitesse s'étrablit à 5,2 Km/h au GPS. Mais à 17h12, nous atteignons 22V. La tension baisse ensuite rapidement et à 17h20, nous démarons le groupe électrogène à 300m de l'écluse de Briassé pour ne pas descendre en dessous de 21,6V. Nous avons parcouru 33920 m avec notre charge de batterie et navigué tout de même 8h25. C'est aussi le « miracle » de la navigation fluviale de déplacer une masse de près d'une tonne ) une vitesse modeste certes, mais sur une distance de 33 Km avec seulement 5 Kwh....C'est vraiement du stkanovisme de naviguer ainsi. On n'est plus dans le domaine de la promenade, mais plutot dans celui du raid ... ou des essais.
Nous entrons dans l'écluse de Briassé à 17H20, ayant parcouru le bief à 4,95 Km/h de moyenne. Nous sortons de l'écluse à 17h30 et nous arrètons au ponton amont groupe en route. Nous allons attendre 20 minutes. Chargeant les batteries à 21,6A, le groupe va donc constituer une réserve de 7Ah. Nous allons ensuite reprendre la navigation en tirant 25A sur la batterie alors que le groupe ne founit que 21,6A. Nous aurons donc un déficit de moins de 4A, soit de quoi naviguer près de 2 heures. Nous serons rentré avant..L'inconvénient de ces 12 chargeurs, est qu'il faut appuyer deux fois sur le bouton de commande de chaque chargeur. Mais un énorme avantage de ces 12 chargeurs est que si l'un ou deux, voire 3 de ces chargeurs nous avaient fait faux bond, cela se serait traduit par une faible gêne. L'avarie du seul chargeur étant beaucoup plus ennuyeuse comme nous l'avons constaté la fois précédente.
Nous repartons de Briassé à 17h50 avec le groupe en route. Il fau noter que si nous n'étions pas en train de faire des essais, nous aurions mis le groupe en route pendant que nous prenions le café à la Bénâtre. Ainsi, nous n'aurions même pas eu besoin d'attendendre 20minutes à Briassé.
La tension est de 24,1V et l'intensité consommée sur les batteries, non compensée par la charge est de 8A.
Nous atteignopns l'écluse de Persigand à 18h33, après 43 minutes à la moyenne de 4,86 Km/h. Nous atteignons Persigand avec une tension de 23,3V avec une intensité de 10A non compensée par la charge.
Nous sortons de Persigand à 18h51 et nous arrivons à Port Rheingeard à 19h10. Les batteries sont immédiatement mises en charge à 21,6A en prévision du lendemain.Nous avons parcouru dans la journée 38,410 m et il nous a manqué environ 30Ah pour faire la ballade totalement en électrique. Je suis en train de développer un variateur de vitesse, dont le prototype est prometteur et sera essayé en vraie grandeur pendant les vacances de février si le temps et les crues le permettent, ce qui nous conduira tôt ou tard à un nouveau « raid » sur Neuville et sa crêperie. Cette fois ci, la descente se fera un peu moins vite pour préserver du courant pour le reteour. L'expérience future montrera que en économisant 10A pendant les 4h15 de descente, nous aurions eu largement le courant (électrique ) pour remonter, ceci avec une perte de vitesse assez dérisoire, de peut être 1 Km/h voir même moins. Rendez vous pour le prochain « raid »vers Neuville et ses délicieuse galettes
Modifié en dernier par nevada le jeu. 17 01 , 2008 12:13, modifié 1 fois.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

Avatar du membre
Rémy
Messages : 8543
Enregistré le : jeu. 06 07 , 2006 14:48
Mes véhicules : Renault Fluence ZE - Nissan Leaf 2012
Localisation : FR-06-Antibes

Message par Rémy » jeu. 17 01 , 2008 8:39

nevada a écrit :C'est aussi le « miracle » de la navigation fluviale de déplacer une masse de près d'une tonne ) une vitesse modeste certes, mais sur une distance de 33 Km avec seulement 5 Kwh
Soit 150 Wh du km.
C'est exactement la consommation moyenne de mon Kangoo en ville (masse de 1,2 tonne, vitesse moyenne de 25 km/h).
Comme quoi, le miracle n'est pas réservé à l'eau :wink:

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » jeu. 17 01 , 2008 14:48

C'est vrai, le miracle est sur terre aussi. 150wh/km une utilisation raisonnée des resources. La vitesse est beaucoup plus couteuse sur l'eau que sur terre...
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

filomat
Messages : 2488
Enregistré le : sam. 19 02 , 2005 12:45
Mes véhicules : trottinette électrique archos bolt V2
Localisation : FR-92-MEUDON

Message par filomat » jeu. 17 01 , 2008 16:00

150 wh à la tonne km sur l'eau, 5 wh à la decitonne (100 kg) en vélo électrique sur route, nous donnent 15 wh à la decitonne km sur l'eau contre 5 sur route (avec pédalage du cycliste en sus, sans pédalage on aurait aussi dans les 10 à 15 wh à la décitonne km).
Que la force soit électrique !

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » ven. 18 01 , 2008 17:47

Raid Entrammes Changé
Le lendemain de notre retour de Neuville nous voilà repartis avec Alexis pour une nouvelle aventure. Les batteries vidées la veille ont chargé toute la nuit à 21,6A. Les batteries tribord (droite) sont en floating, les batteries babord (gauche) chargent encore à 4A. Sur chacun de ces groupes de batteries se trouve un mégapulse.
Départ 9h07, tension 25V, moteur en fonctionnement intensité 26A.
200m plus loin, c'est l'écluse de Port Rheingeard. Nous y entrons à 9h17.
Nous en sortons à 9h27 avec une tension de 24,7V et une intensité de 26A à la vitesse de 6,1 Km/h au GPS. Cette fois, nous partons en remontant le courant de la rivière. Devant nous s'étend un superbe bief de 1820m jusqu'à l'écluse de Bonne où nous arrivons à 9h45 à 6,42Km/h de moyenne. Nous entrons dans l'écluse à 9h50 et en sortons à 9h55 avec une tension de 24,6V, une intensité de 27A à une vitesse de 5,1Km/h au GPS, car revoilà le vent de face. Serions nous maudits? Aurons nous le vent de face pour le retour?
Le bief de 3570m nous mènera à l'écluse de Cumont que nous atteignons à 10h43 à la vitesse moyenne de 5,63 Km/h. Nous sortons de cette écluse à 10h55 avec une tension de 24,3V et une intensité de 28A à la vitesse de 4,7 Km/h au GPS. Le vent se fait toujours sentir. Nous entrons dans l'aglomération Lavalloise, et après un bief de 2790m, nous atteignons l'écluse d'Avenières à 11h32 avec une vitesse moyenne de 4,52 Km/h. Le vent est violent et ne nous fait pas de cadeaux. La faible puissance de la propulsion électrique doit aussi la rendre plus sensible aux vents contraires. Quelle malchance que nous n'ayons pas fait ce « raid » hier avec un vent portant pour l'aller et pour le retour, puisque le vent avait tourné en milieu de journée... Mais nous ne sommes pas là pour nous lamenter mais pour tester la motorisation.
Nous sortons de l'écluse à 11h36 avec une tension de 24,1V et une intensité de 30A à une vitesse de 4,2 Km/h au GPS. Le vent continue de souffler dans la mauvaise direction. Nous sommes dans le centre ville de Laval. 1120M nous séparent de la prochaine écluse qui s'appelle Laval. Nous dépassons les deux bateaux lavoirs que la ville de Laval a restauré et nous atteignons l'écluse de Laval à 11h54 avec un vent de face violent. Nous avons parcouru ces 1120m en 18 minutes à la vitesse moyenne de 3,73 Km/h. Nous sortons de l'écluse à 11h59 avec une tension de 24V et une intensité de 28A. Le vent est toujours aussi violent. Nous passons sous le pont neuf ainsi nommé parcq'il a été neuf il y a très longtemps (c'est le plus ancien pont de Laval) Après le pont neuf, nous passons sous le pont de l'Europe. Le point noir de la rivière avec sa hauteur de seulement 2,80m alors que tous les autres ponts laissent au moins 3,40m aux bateaux. Ce pont bloque la haute Mayenne à bien des bateaux...
Après 1280m nous voilà à l'écluse de Bootz où nous entrons à 12h15. Le bief a été parcouru à la vitesse moyenne de 4,8 Km/h.
Nous sortons de cette écluse à 12h 19 avec une tension de 23,9V, une intensité de 30A et une vitesse de 4,6 Km/h au GPS qui montera bientôt à 5 km/h. Nous sortons de la ville de Laval et retrouvons la campagne.
Nous arrivons au Pont de Changé à 12h52 avec une tension de 23,8V. Nous avons parcouru environ 13000m depuis Entrammes.
Nous nous arrêtons pour pique niquer au ponton sous les arbres. Au menu jambon beurre arrosé d'un excellent rosé bien frais.
A 13h47, nous repartons vers Entrammes. La tension est de 24V, l'intensité de 25A et la vitesse de 6,7 au GPS.
Nous arrivons à l'écluse de Bootz à 14h10 et en sortons à 14h16 avec une tension de 23,7V, une intensité de 27A à la vitesse de 6,2 Km/h.
Les 1280m du bief sont parcourus à la vitesse moyenne de 5,48 Km/h et nous entrons dans l'écluse de Laval à 14h30.
Nous en sortons à 14h43 avec une tension de 23,7V, une intensité de 26A à la vitesse de 6,4Km/h. Voilà qui illustre bien le « souffle » qu'ont acquis les batteries en les faisant travailler, puisque nous étions arrivé au pont de Changé avec une tension batterie de 23,8. Après avoir parcouru environ 3700m, nous avons perdu un dixième de volts. Seulement. Il est vrai que les batteries se sont « reposées » pendant notre pose casse croute. Aujourd'hui, nous rentrerons sans utiliser le groupe.
Nous entrons dans l'écluse d'Avenières à 14h53 et en sortons à 14h58 avec une tension de 23,6 et une intensité de 28A à une vitesse de 6 Km/h. Les 1120m du bief ont étés parcourus à la vitesse moyenne de 6,72Km/h. Nous sortons maintenant de l'aglomération Lavaloise en nous dirigeant vers l'écluse de Cumont.
Nous sommes encore gènés par le vent, de face, bien sur.... Nous atteignons l'écluse de Cumont à 15h26 et en sortons à 15h31 avec une tension de 23,4V, une intensité de 27A à la vitesse de 5,5Km/h. Les 2790m du bief précédent ont été parcourus à la vitesse moyenne de 5,97 Km/h.
Devant nous s'étend un bief de 3570m jusqu'à lécluse de Bonne. Nous sommes en pleine campagne, bercés par le silence de notre moteur.
Nous arrivons à l'écluse de Bonne à 16h05 et en sortons à 16h10avec une tension de 23,1V, une intensité de 27A à la vitesse de 6,5 Km/h. Les 3570m du bief précédent ont étés parcourus à la vitesse moyennede 6,3 Km/h. Quand le vent faiblit, on le remarque tout de suite.
Après 1820m parcourus à la vitesse moyenne de 6Km/h, nous arrivons à l'écluse de Port Rheingeard à 16h28 et en sortons à 16h34 avec une tension batterie de 22,9V, une intensité de 26A à la vitesse de 6 Km/h. Au lieu de rentrer directement au port, nous descendons à l'écluse de Persigand dire bonjour à Martine l'éclusière.Nous arrivons au ponton de Persigand à 16h38. Nous bavardons avec Martine et repartons à 17h09 avec une tension batterie de 23V, une intensité de 26A à la vitesse de 4,6 Km/h. Nous arrivons à Port Rheingeard à 17h17 avec une tension batterie de 22,7V.
La charge des batteries tire à sa fin. Nous aurion pu naviguer encore une vingtaine de minutes. Nous avons parcouru 27910m et pour ce second jour de navigation, les batteries nous ont à nouveau offert une autonomie d'environ 30 Km.Nous avons fait l'aller en 4h42 et le retour en 3h33, soit une durée de navigation de 8h15. Ce n'est pas de la promenade, c'est du Stakanovisme.... On peut dire que ce petit bateau offre une autonomie parfaite pour des sorties à la journée. Nous remettons bien sur les batteries en charge immédiatement.
L'été se termine, ce sera la dernière sortie du Micheline avant le printemps prochain. Cet hiver, travail sur les variateurs de vitesse PWM et essais au printemps prochain. On pourra alors déterminer une courbe de consommation en fonction de la vitesse. Toutes celle que j'ai vues sur Internet sont « abruptes », c'et àdire qu'il faut doubler la consommation pour augmenter un petit peu la vitesse.... ce qui veut dire qu'en diminuant un peu la vitesse, on peut augmenter considérablement l'autonomie....
Modifié en dernier par nevada le mer. 23 01 , 2008 8:02, modifié 1 fois.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

filomat
Messages : 2488
Enregistré le : sam. 19 02 , 2005 12:45
Mes véhicules : trottinette électrique archos bolt V2
Localisation : FR-92-MEUDON

Message par filomat » sam. 19 01 , 2008 15:32

L'été se termine à laval le 18 janvier ? Alors c'est un laval dans l'hémisphère sud ! :D
Que la force soit électrique !

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » dim. 09 03 , 2008 9:50

Non Laval n'est pas dans l'hémisphère sud, mais je n'ai mis mes , notes en ligne qu'à cette date.
Quelques photos du bateau et de son moteur
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » dim. 09 03 , 2008 9:55

filomat a écrit :L'été se termine à laval le 18 janvier ? Alors c'est un laval dans l'hémisphère sud ! :D
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » dim. 06 04 , 2008 10:52

Hier test du variateur sur le Micheline. Le variateur donne toute satisfaction et c'est un véritable plaisir....
Les tests on été réalisés avec un logiciel GPS inadapté. Je les referai la semaine prochaine avec un autre logiciel GPS.
Les tests :
5A 24V soit 120Watts : 4.2 Km/h
10A 24V soit 240 Watts : 5.5 Km/h
15A 24V soit 360 Watts : 6.12 Km/h
20A 24V soit 480Watts : 6.5 Km/h

Autonomie :
Le moteur branché en direct sur la batterie consomme entre 25 et 30 Ampères et les batteries nous donnent un peu plus de 8H d'autonomie à pleine puissance soit environ 200 Ah utilisables à 25 à 30A de consommation. Avec un calcul simpliste qui ne tient pas compte de l'effet Peukert, on obtient :
5A 4.2 Km/h pendant 40 heures soit 168 Km (probablement 180 ou 190 Km en tenant compte de l'effte Peukert)
10A 5.5 Km/h pendant 20 heures soit 110 Km (probablement 140 ou 150 Km en tenant compte de l'effte Peukert)
15A 6.12 Km/h pendant 13heures soit 82 Km (probablement 90 ou 95 Km en tenant compte de l'effte Peukert)
20A 6.5 Km/h pendant 10 heures soit 65 Km (l'effet Peukert ne doit plus jouer beaucoup)
Pour mémoire, l'an dernier nous étions satisfait de parcourir environ 30 Km avec une charge de batterie, le moteur fonctionnant en permanence à pleine puissance.
Nous aurons l'occasion de refaire le "raid" de Neuville, cette fois sans utiliser le groupe. Je vous tiendrai au courant.
Le week end du 11 mai, nous descendrons le bateau d'Entrammes à Angers par la rivière (82 Km). Nous tenterons de le faire en deux jours avec une seule charge de batterie à 5.5 Km/h. A tout hasard, nous emenerons bien sur groupe et chargeurs au cas où.....
Je vous tiendrai au courant.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » mer. 16 04 , 2008 9:09

Nouvel essai cette semaine avec l'ajout d'un moteur 1000w 48V alimenté en 24V en parallèle sur l'autre moteur (donc environ 500w comme le premier). Le but, bien sur n'est pas de faire du ski nautique, mais de tester l'autre moteur qui est monté sur une embase 25cv Johnson ainsi que le contrôleur. Malheureusement, le logiciel GPS que j'ai installé sur mon pocket PC n'est pas génial.
Première constatation, le rendement de propulsion est meilleur. A 10 A pour les deux moteurs, on sent plus de poussée qu'avec un seul moteur (2 hélices qui tournent plus lentement ont un meilleur rendement qu'une seule plus petite qui tourne plus vite).
On a essayé de remorquer un ami dont le bateau pèse 2.4T en plus des 900 Kg du Micheline, soit un poids total de 3300 Kg. Aussi bien en descendant le courant de la rivière qu'en le remontant, les évolutions sont satisfaisantes et le controleur passe allègrement 48A sans faiblir ni chauffer exagérément.
En solo, c'est un vrai plaisir et nous aurons l'occasion de tester cette configuration pour descendre a Angers le week end du 11mai.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

nevada
Messages : 126
Enregistré le : mer. 27 09 , 2006 7:29
Localisation : Caen
Contact :

Message par nevada » lun. 05 05 , 2008 8:25

J'ai récupéré un GPS qui donne de bons résultats.
Le Micheline avec son moteur 500W :
5A 3 Km/h
10A 4 Km/h
15A 4.7 Km/h
20A 5.3 Km/h
25A 5.6 Km/h
Le Micheline avec son moteur 500W plus son moteur 48V 1000W branché en parrallèle sur le même contrôleur :
5A 3 Km/h
10A 4.3Km/
15A 5 Km/h
20A 5.5 Km/h
25A 6 Km/h
30A 6.3 Hm/h
35A 6.6 Km/h
42A 7.2 Km/h
Entre 10 et 25A on remarque une meilleure efficacité à puissance égale, donc un meilleur rendement du à une surface d'hélice plus grande qui déplace un volume d'eau plus grand à une vitesse plus faible.
A terme, je pense équiper le Micheline de deux moteurs 500W branchés en parrallèle.
On remarque que la vitesse coûte très cher en énergie sur l'eau, car chaque fois qu'on double la puissance à l'hélice, on gagne 1.2 à 1.3 Km/h seulement.
Je construis actuellement un bateau fluvial à propulsion électrique près de Laval. J'habite Caen.

GRUUZ
Messages : 1
Enregistré le : dim. 10 05 , 2009 17:56

Message par GRUUZ » dim. 10 05 , 2009 18:34

TRÈS INTÉRESSANT MERCI.

Où en est le nouveau bateau. Sera t'il plus hydrodynamique que le Micheline?

Répondre

Retourner vers « Bateaux... »